Métiers secteur de la mer

Le secteur maritime est aussi vaste que l’océan. Les métiers qui s’y rattachent sont innombrables. Lorsqu’on fait référence au métier de la mer, on ne peut pas s’empêcher de penser aux « marins » alors que ce secteur embrasse une pluralité de domaines.

Celui-ci regroupe différentes professions telles que : le commerce maritime, le tourisme balnéaire, la pêche, la construction navale, l’exploration subaquatique, la production énergétique, l’extraction pétrolière, le câblage sous-marin, l’océanologie, etc.

Vous souhaitez trouver un métier dans le secteur maritime ? Découvrez l’ensemble de nos fiches métiers dans le secteur maritime.

Le secteur maritime secteur porteur

Selon l’Observatoire national de la mer et du littoral, ce secteur a généré plus de 100 000 emplois en 2014. La majeure partie de l’économie maritime française repose sur les littoraux avec près de 85% d’emplois.

L’Observatoire du littoral rapporte aussi que la façade Nord Atlantique – Manche Ouest totalise plus de 80% des emplois directement liés à la mer. Il en est ainsi de la pêche maritime, de l’aquaculture maritime et de la construction navale dédiée à la plaisance.

Les emplois dans le secteur maritime

L’Observatoire français du littoral classifie les emplois dans le secteur maritime en trois grands groupes :

  1. Les activités maritimes primaires et filières aval : aquaculture et pêche, production de sel, transformation et conservation de produits de la mer, mareyage.
  2. La construction navale : construction, réparation et maintenance de navires.
  3. Le transport maritime et les activités portuaires : construction d’infrastructures maritimes et fluviaux, transport maritime de fret et de passagers, manutention portuaire, location de bateaux et de navires.

La navigation maritime compte parmi l’un des plus vieux métiers de la mer. La profession du marin connaît quatre grandes déclinaisons à savoir :

  • Le métier du marin pêcheur,
  • Le métier du marin commerçant,
  • Le métier du marin d’État (marine militaire) ;
  • Le métier du marin à la plaisance.

Les métiers relatifs à la pêche maritime sont nombreux. La pêche industrielle et la pêche artisanale comprennent généralement la pêche au large et la pêche côtière. Les marins qui travaillent à bord d’un navire pêche occupent différents postes.

Le patron pêcheur exerce souvent lui-même la fonction de l’armateur. Ensuite, par rapport au type de bateau, du moteur qu’il embarque et de son volume, les matelots peuvent tenir un poste plus ou moins spécifié : matelot mécanicien, matelot du pont.

Les marins de commerce, pour leur part, exercent dans le secteur de la marine marchande. Ceux-ci peuvent travailler à bord d’un navire de cargaisons, d’un bateau à passagers ou d’un navire commercial spécifique. Le personnel d’un navire de commerce se compose souvent :

  • D’un capitaine de navire,
  • D’un second capitaine,
  • D’un commissaire,
  • D’un subrécargue,
  • D’un lieutenant de navigation,
  • D’un chef mécanicien,
  • D’un second mécanicien,
  • D’un officier mécanicien,
  • D’un maître d’équipage (ou Bosco),
  • D’un maître électricien,
  • D’un maître machine,
  • D’un ouvrier mécanicien,
  • D’un matelot,
  • D’un cuisinier,
  • D’un pilote.

Aux côtés des professions des marins pêcheurs et des marins de commerce, on retrouve aussi deux autres métiers relatifs à la navigation maritime :

  • Les marins d’État (ou marins militaire) œuvrent pour leur nation et servent pour leur pays dans la marine de guerre.
  • Les marins à la plaisance : l’essor de cette pratique depuis près de deux siècles permit à un grand nombre d’individus extrêmement nantis d’acquérir ou de faire construire des paquebots de plaisance. Cette profession assez rémunératrice demande de plus en plus de personnel qualifié dans le domaine de la navigation maritime.

Comment accéder à un emploi dans le secteur maritime ?

En France, de nombreuses lycées publiques forgent à devenir professionnel du domaine maritime. Les établissements publics dispensent des formations initiales secondaires (CAP Maritime, Bac professionnel) et supérieures (BTS) dans le domaine de la navigation de commerce, de pêche et de plaisance, mais aussi dans les cultures marines.

Après le Bac, on pourra s’intégrer par voie de concours à l’ENSM (École Nationale Supérieure Maritime) ou dans les Écoles nationales de la marine marchande. Ces écoles permettent de se spécialiser dans le domaine maritime et para-maritime.

Le Centre Européen de Formation Continue Maritime (CEFCM) dispense également une formation continue pour répondre aux besoins des futurs professionnels de la navigation maritime. La formation initiale porte sur des domaines comme :

  • La pêche,
  • Les cultures marines,
  • La sécurité maritime,
  • La construction navale,
  • L’industrie portuaire,
  • La plaisance professionnelle
  • L’administration des services portuaires et maritimes.

L’exercice d’un métier dans la navigation de plaisance requiert maintenant la possession d’un brevet professionnel. Les Directions Départementales des Territoires et de la Mer (DDTM) sont seules habileté à délivrer le livret professionnel maritime en France.

Les formations professionnelles dans le domaine maritime sont par ailleurs réglementées par la convention STCW de l’Organisation maritime internationale.

Emplois dans le secteur maritime : quel est le niveau de salaire ?

Le niveau de salaire dans le secteur maritime est relativement variable en fonction du niveau de diplôme, des compétences, de l’expérience et de la nature du poste occupé. Un capitaine de navire perçoit mensuellement entre 3750 et 6250 € net en France alors qu’un second capitaine touche en moyenne 4400 € net par mois.

Un lieutenant de navigation gagne entre 2500 et 3500 € par mois. Un matelot perçoit 1550 € brut par mois. Quant au timonier, il peut gagner jusqu’à 2435 € net mensuellement. Le salaire mensuel brut d’un marin pêcheur varie de 3650 à 6450 € en fonction de son expérience. Il en est de même pour un capitaine de yacht (entre 3500 et 6500 € brut par mois).

À noter qu’un gardien de phare peut toucher jusqu’à 5000 € net par mois. Un consignataire de navire gagne environ 2545 € net par mois tandis que le salaire mensuel net d’un aconier varie de 1650 à 4000 €. Un expert maritime sénior et expérimenté peut annuellement gagner jusqu’à 70 000 € brut.

En début de carrière, un administrateur des affaires maritimes touche environ 2750 €. Le niveau de salaire annuel moyen d’un armateur s’articule autour de 48 000 à 58 000 € net. Celui de l’architecte naval s’établit à environ 50 000 € net par an.

Les compétences clés dans le secteur maritime

Quel que soit le métier qu’on souhaite exercer dans le secteur maritime, 5 principales compétences sont requises :

  • L’esprit d’équipe,
  • L’inventivité,
  • L’engagement,
  • La capacité d’adaptation,
  • Le dépassement de soi.

À ces qualités s’ajoutent deux conditions primordiales pour tout professionnel qui souhaite œuvrer dans le secteur maritime : une bonne condition physique et une parfaite aptitude à nager.