Façadier

Façadier
0

Avant la création des machines à projeter les enduits, ce sont les maçons qui s’occupaient de la façade d’un bâtiment en posant eux-mêmes les enduits. Mais actuellement, c’est désormais le boulot d’un façadier, aussi connu sous le nom de peintre façadier, façadier-carreleur ou encore maçon ravaleur. Voici les détails sur ce métier. 

En quoi consiste le métier de façadier ? 

Façadier

Exercé dans le domaine du BTP ou de l’urbanisme, le métier de façadier consiste à s’occuper de la façade d’un bâtiment. Il intervient dans un chantier lors de la construction d’une maison ou encore pendant les travaux de rénovation.

Ce professionnel du bâtiment se charge des aspects techniques de la façade, notamment l’étanchéité et l’isolation thermique par l’extérieur (ITE). Dans ce cas, il est souvent appelé façadier itéiste. 

Il est également responsable de l’esthétique des murs extérieurs de la maison. Ainsi, il termine le chantier en effectuant la finition avec de l’enduit, du mortier et de la peinture. 

En général, un façadier est embauché par des entreprises, majoritairement PME, qui se consacrent à la peinture ou au ravalement. Les entreprises spécialistes en enduits peuvent également engager un façadier, mais en tant qu’intérimaires. 

Quelles sont les missions d’un façadier ? 

Sur un chantier, un façadier est amené à remplir plusieurs missions. Il s’agit notamment :

  • De la préparation de l’enduit à l’aide d’une machine appelée malaxeur, celui-ci peut être lisse ou granulé, neutre ou coloré.
  • De l’application de l’enduit, c’est-à-dire le répartir et le lisser de façon rapide et homogène afin de permettre le séchage parfaite du produit
  • Du choix des matériaux nécessaires et correspondants au chantier dont il s’occupe
  • Suivant le cas, de l’installation de l’échafaudage et de la mise en place des protections des ouvertures comme les portes et les fenêtres
  • De l’isolation thermique d’un bâtiment, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur
  • De la mise en place des éléments décoratifs et de la peinture pour embellir la maison…
  • Sur un chantier de rénovation, le façadier doit d’abord préparer et nettoyer la surface avant de commencer à travailler

Quelles sont les qualités requises pour devenir façadier ? 

Le métier de façadier exige un certain nombre de qualités. Il doit d’abord être à l’aise avec les travaux d’équipe étant donné qu’il est moins souvent seul sur un chantier. 

La patience lui est également indispensable, surtout vis-à-vis des intempéries. En effet, il ne peut travailler que pendant un temps sec. Et si ce n’est pas le cas, il est obligé d’arrêter les travaux et d’attendre. 

Et enfin, la rudesse des tâches du façadier lui exige une très bonne condition physique. Il doit être robuste afin de pouvoir rester debout toute la journée et de résister à la nocivité de certains produits et de la poussière. Aussi, il doit résister au vertige puisqu’il doit tout le temps grimper sur les échafaudages.  

Les formations pour devenir façadier

Le métier de façadier est accessible dès la 3e avec un CAP qui se prépare en 2 ans. Ainsi, l’aspirant façadier peut choisir entre :

  • CAP étancheur du bâtiment et des travaux publics
  • L’un des CAPs du bâtiment, comme CAP maçon, CAP métier du plâtre et de l’isolation, CAP peintre applicateur de revêtements… 

Ce métier peut également être exercé par un titulaire d’un BP étanchéité du bâtiment et des travaux publics qui se préparent en 2 ans ou d’un bac professionnel aménagement et finition du bâtiment préparé en 3 ans.  

Le salaire d’un façadier

Le salaire du façadier est généralement déterminé suivant sa quantité de production, c’est-à-dire au mètre carré. Au début de sa carrière, un façadier gagne un salaire qui avoisine le SMIC, soit près de 1 430 € bruts par mois. Évidemment, cette rémunération évolue en fonction de l’ancienneté du façadier. 

Quelles sont les évolutions possibles ? 

À la base, le façadier est un maçon. Il connaît donc à peu près tout ce qui concerne la construction d’un bâtiment. De ce fait, si le façadier est titulaire d’un diplôme supplémentaire, comme un BTS enveloppe du bâtiment, outre son CAP et son Bac pro, il peut devenir chef de chantier. Il lui est même possible d’obtenir un poste au sein d’un bureau d’études.