Happiness manager

0

Le métier de happiness manager est en plein développement au regard des difficultés que peuvent avoir les salariés à évoluer dans le monde du travail, c’est un bon signal pour les entreprises qui recrutent ce genre de professionnels.

En quoi consiste le métier d’happiness manager ?

Le ou la happiness manager est un salarié qui a pour mission de s’occuper du bonheur des autres au sein de l’entreprise ou de l’administration. Il s’agit d’une forme plus moderne de la fonction de Directeur des Ressources Humaines, beaucoup plus orientée autour de la qualité de vie au travail qu’autour de la gestion de la masse salariale (bien que l’un n’empêche pas l’autre).

Les missions d’un happiness manager

Les missions d’un happiness manager peuvent être assez nombreuses au regard de la difficulté de la mission et en fonction des objectifs fixés par la direction générale de l’entreprise. Il s’agit notamment de :

  • Tout mettre en œuvre pour que les meilleures conditions de travail possibles soient mises en place au sein de la structure. Il s’agit de la sécurité au travail, mais aussi des conditions psychologiques les plus optimales qu’il soit pour améliorer la performance des équipes, mais aussi pour réduire le niveau de  l’absentéisme.
  • organiser des temps d’échange individuels avec les salariés afin que ceux-ci puissent aborder les questions qui leur posent le plus de problèmes dans le cadre de l’organisation du travail
  • organiser et animer des groupes d’échanges ou des groupes de travail dont le rôle est avant tout de valoriser l’ensemble des équipes
  • organiser des évènements comme des séminaires ou des évènements festifs par exemple pour que des rencontres puissent se réaliser dans un cadre un peu moins formel; c’est ce que l’on appelle aujourd’hui le team building
  • développer la communication interne afin que chacun se sente informé de l’activité de l’entreprise et ainsi ait l’impression d’être considéré en tant que membre d’un collectif de travail, mais aussi tout simplement en tant qu’être humain.
  • organiser le temps de travail des équipes tout en tenant compte de la compatibilité entre le temps professionnel et le temps personnel; il va s’agir de réfléchir sur le télétravail ou sur les horaires flexibles notamment.
  • assurer l’accueil du nouvel arrivant, l’onboarding, dans l’entreprise et ainsi lui permettre de parfaitement bien prendre son départ dans la structure
  • mettre en place des informations et des formations autour de la santé au travail, mais aussi autour de la santé physique et psychologique dans la vie de tous les jours

Quelles sont les qualités requises afin de devenir happiness manager ?

Pour devenir un happiness manager performant, il convient d’avoir un profil très particulier en ressources humaines qui va bien au-delà de la simple gestion administrative des ressources humaines. Les principales qualités sont donc :

  • d’aimer les gens pour pouvoir les aider et leur permettre de s’épanouir du mieux possible au travail mais aussi dans la vie de tous les jours
  • être curieux afin de découvrir ce qui se fait de mieux dans les entreprises les plus modernes dans lesquelles la gestion des ressources humaines est orientée vers le bonheur ou la qualité de vie et des conditions de travail
  • être disponible, car il peut arriver que des salariés aient besoin d’être écoutés ou d’échanger et que cela ne peut pas forcément se faire aux heures classiques de bureau
  • être persévérant, parce qu’en fonction des mesures qu’il souhaite mettre en place pour le bien-être au travail, il est tout à fait possible que le happiness manager ne soit pas forcément suivi comme il le souhaiterait
  • connaître les règles relatives à la santé et à la sécurité au travail pour toujours agir dans le respect de la loi
  • savoir gérer un budget pas forcément extensible sur ce genre de thématique

Quelle est la formation afin de devenir happiness manager ?

À ce jour, il n’existe pas à proprement parler de formation pour devenir happiness manager. Cependant, il est nécessaire d’avoir suivi une formation en management comme celles qui sont proposées dans les écoles de commerce ou les DUT de management notamment.

Idéalement, il peut être utile de compléter cette formation en management avec une formation en ressources humaines afin de connaître la partie administrative du métier. 

De la même manière, des connaissances en psychologie humaine pourront être indispensables pour bien comprendre les difficultés que chacune et chacun peut être amené à rencontrer dans son quotidien professionnel.

Des formations professionnelles continues sont cependant de plus en plus souvent organisées sur ce nouveau métier d’happiness manager. C’est de cette manière que ce métier commence à être de plus en plus reconnu dans différents secteurs professionnels et dans différents secteurs économiques.

Quel est le salaire d’un happiness manager ?

Ce métier est assez nouveau et il n’entre pas de ce fait dans les grilles classiques de rémunération dans les entreprises et dans les administrations.
De ce fait, tout va dépendre de la priorité qui sera donnée à cette mission et de la personne à qui les différentes tâches seront confiées. Plus la personne sera formée et expérimentée et plus elle pourra espérer une rémunération significative.
Difficile néanmoins d’imaginer un salaire autour du SMIC au regard des compétences variées et particulièrement précises qu’il convient de détenir. Un salaire aux alentours de 2 500 euros semble de ce fait tout particulièrement approprié pour commencer.

Quelles sont les évolutions possibles pour un happiness manager ?

Le métier d’happiness manager est aujourd’hui assez récent, mais il est cependant tout à fait possible d’en imaginer les évolutions au regard de l’évolution de notre société.
Dans l’idéal, il faudrait que les happiness managers puissent devenir Directeurs des Ressources Humaines et ainsi conduire des politiques beaucoup plus orientées autour du bien-être des femmes et des hommes. De cette manière, il sera tout à fait possible que la performance des équipes se développe.

Un happiness manager doit aussi pouvoir former d’autres professionnels des ressources humaines ainsi que des personnes en position de management et d’encadrement pour qu’une nouvelle fois de nouvelles formes de management voient le jour et ainsi transforment nos différentes organisations et leurs modes de fonctionnement parfois archaïques.