Infirmière puéricultrice

0
Infirmière puéricultrice

Que ce soit dans un hôpital ou dans un centre de soin dédié à la Protection Maternelle et Infantile (PMI), l’infirmière puéricultrice se charge de soigner les bébés et les enfants de bas âge. En quoi consiste ce métier ? Quelles sont les qualités et les formations requises ? Combien une infirmière puéricultrice peut-elle gagner ? Y a-t-il des débouchés ? Ci-après toutes les réponses !

En quoi consiste le métier d’infirmière puéricultrice ?

L’infirmière puéricultrice est un professionnel de santé dont le métier consiste à soigner les bébés et les enfants de bas âge. Son principal rôle consistera donc à veiller à la santé et au bien-être des enfants. Comme la plupart des paramédicaux, l’infirmière puéricultrice est amenée à diagnostiquer l’état de santé des bébés et des enfants qu’elle consulte.

Elle se doit aussi d’accompagner les parents pour s’assurer du bon suivi des traitements médicaux des enfants et des nouveau-nés. L’infirmière puéricultrice peut être appelée à intervenir dans différents établissements de soins pédiatriques. De même, elle peut travailler au sein d’une maternité ou d’un établissement hospitalier.  

Les missions de l’infirmière puéricultrice

En fonction du domaine dans lequel l’infirmière puéricultrice s’est spécialisée, mais aussi de l’établissement de santé où elle œuvre, ses missions peuvent varier. Dans tous les cas de figure toutefois, ses principales attributions consistent à : 

  • Accompagner le pédiatre dans l’examen d’état de santé d’un enfant ou d’un nourrisson. Comme la plupart des paramédicaux, l’infirmière puéricultrice est qualifiée pour opérer des prises de sang, effectuer des piqûres, ausculter…
  • Se conformer aux directives du médecin pédiatre pour fournir tous les soins indispensables au bon rétablissement d’un bébé ou d’un enfant.
  • Surveiller de près l’état de santé de l’enfant tout au long du traitement et jusqu’à la guérison totale de l’enfant ou du bébé.
  • Conseiller les parents pour s’assurer du bien-être physique et de l’épanouissement psychique des enfants. 

Quelles sont les qualités requises pour devenir infirmière puéricultrice ?

Le métier d’infirmière puéricultrice n’est pas destiné à tout le monde, car d’après les statistiques fournies par l’Insee, seuls 18 000 salariés exercent cette profession en France. Mis à part la nécessité de suivre des formations spécifiques, un certain nombre de qualités sont requises pour devenir infirmière puéricultrice. Notons parmi ces qualités :

  • La vigilance et le sens de l’observation pour réussir à examiner et à surveiller l’état de santé des enfants au mieux.
  • La bienveillance et le professionnalisme pour gagner la confiance des enfants et de leurs parents.
  • Le respect de l’hygiène et de la propreté pour prévenir tous risques de contagion.
  • La résistance physique, car même en étant infirmière puéricultrice, il se peut que vous soyez amenée à évacuer des patients et à les faire déplacer d’un centre de soin à un autre. 
  • L’esprit d’équipe, puisque dans tous les établissements de soins, vous serez amené à collaborer avec plusieurs professionnels de santé : médecin traitant, aides-soignants, infirmiers, sages-femmes, ambulanciers, etc. 

Quelle est la formation pour devenir infirmière puéricultrice ?

La détention d’un diplôme de baccalauréat scientifique ou STSS (Science et Technologie de la Santé et du Social) est indispensable pour devenir infirmière puéricultrice. Ensuite, vous devez poursuivre votre formation pour pouvoir vous spécialiser :

  • Soit, vous vous formez durant au moins 3 ans après le BAC afin d’obtenir un diplôme d’Etat d’infirmière.
  • Soit vous poursuivez un cursus universitaire de 4 ans afin d’obtenir un diplôme d’Etat de sage-femme.
  • Soit vous allez devoir passer un concours d’État après le BAC. Notamment, pour pouvoir suivre une formation de 4 ans et à l’issue de laquelle vous obtiendrez un diplôme d’État de puériculture.

Quel est le salaire d’une infirmière puéricultrice ?

Le salaire moyen net d’une infirmière puéricultrice est notamment compris entre 2 000 et 2 500 € par mois. Par la suite, tout va dépendre de votre niveau d’expérience, de vos compétences, de votre ancienneté et de votre statut. 

Quelles sont les évolutions possibles ?

Le métier d’infirmière puéricultrice vous ouvre accès à de multiples opportunités de débouchés. Au fur et à mesure que vous allez donc évoluer dans votre carrière, vous allez pouvoir :

  • Diriger un centre d’accueil de jeunes enfants. Il peut s’agir d’une garderie, d’une crèche ou d’une pouponnière. Et cela, à l’issue seulement de 5 années de travail effectif en tant qu’infirmière puéricultrice. 
  • Évoluer au poste de cadre de santé. Cela notamment après avoir effectué au moins 4 années de services effectifs auprès d’un centre de soin pédiatrique, d’un centre hospitalier ou d’une clinique médicale pour enfants. 
  • Devenir infirmière en pratique avancée, en poursuivant une formation spécifique. Notamment en vue de l’obtention d’un diplôme de DEIPA (Diplôme d’Etat d’infirmière en pratique avancée).
  • Accompagner les organismes publics et les soutenir dans leurs actions de coordination municipale au bénéfice des enfants.