Généalogiste successoral

0

À l’ouverture de la succession, il n’est pas toujours évident de retrouver tous les héritiers légitimes du cujus. C’est pourquoi certaines personnes font appel à un professionnel appelé généalogiste successoral. Voici tout ce qu’il y a à savoir sur le métier de généalogiste successoral. 

En quoi consiste de généalogiste successoral ? 

Généalogiste

Le métier de généalogiste successoral consiste à faire des recherches généalogiques pour retrouver des héritiers.   Il est embauché par un notable, qui peut être un notaire, un juriste, une association, un banquier ou encore un assureur. Un généalogiste successoral ne se contente pas de rechercher les ayants-droits, il peut avoir à prouver des dévolutions lorsqu’il y a des complexités lors d’une ouverture de succession. 

Le généalogiste successoral peut aussi être appelé à faire ses recherches en cas de sommation publique, dans le cadre d’une procédure d’expropriation, de succession vacante ou encore de déshérence. À cet égard, son but est de retrouver le propriétaire d’un bien immobilier. Ainsi, ce sont souvent les collectivités publiques, les promoteurs immobiliers et les agences immobilières qui sollicitent le généalogiste successoral.  

Il est à noter qu’un généalogiste n’est pas toujours successoral. Il peut aussi être familial, on parle alors de généalogiste familial. Dans ce cas, il effectue des recherches d’ascendant ou de descendants, il creuse l’histoire d’un bien immobilier ou fouille dans les archives pour le compte d’un particulier. 

Pour les passionnés d’histoire et de liens familiaux, c’est un boulot de rêve. Par ailleurs, les découvertes lors des enquêtes sur terrain peuvent être très satisfaisantes et donnant encore l’envie de continuer. Par ailleurs, elle n’exige pas de formation obligatoire. 

Ce métier présente toutefois quelques inconvénients. Il faut avoir un fond de départ assez conséquent pour pouvoir supporter les dépenses liées aux enquêtes. Il en est par exemple des frais de déplacement, d’hébergement ou autres. Enfin, il est difficilement conciliable avec une vie de famille puisque ce professionnel est souvent en voyage. 

Quelles sont les missions d’un généalogiste successoral ? 

Le généalogiste successoral doit remplir des missions ayant trait à la succession, à l’élaboration d’un arbre généalogique et éventuellement à la vente d’un bien. En tout cas, sa mission principale c’est de retrouver les successeurs d’un défunt. Cela se passe en quelques étapes :

  • Il entame son enquête sur le terrain. Il peut fouiller dans des mairies ou encore des salles d’archives. Pour cela, il peut visiter beaucoup d’endroits en France et même à l’étranger. 
  • Il procède ensuite à étudier des documents comme les extraits d’actes d’état civil (par exemple : acte de mariage, acte de décès, acte de naissance…). 
  • À la fin de son enquête, il rédige un rapport détaillé en vue d’informer ses clients de ses découvertes. La véracité des informations qu’il fournit dans ce cas doit être garantie.   

Quelles sont les qualités requises pour devenir généalogiste successorale ?

Pour que le généalogiste successoral puisse mener à bien ses missions, il doit remplir certains critères. Il doit avant tout être une personne curieuse, patiente et persévérante. En effet, ses recherches peuvent prendre du temps et il ne doit pas se décourager facilement.

Durant une investigation, tous les détails, aussi minime soit-il, sont importants. Pour ne rien laisser au hasard, le généalogiste successoral doit faire preuve de rigueur et de minutie. Il doit également avoir une culture générale de haut niveau. 

Ce professionnel doit aussi avoir un grand esprit de synthèse. Il a besoin de cette qualité afin d’établir au mieux un arbre généalogique utile pour constituer un dossier sur le droit de succession. Justement, le généalogiste successoral doit avoir des connaissances en droit successoral

Une grande capacité rédactionnelle est indispensable pour le généalogiste successoral pour qu’il n’ait aucune difficulté à rédiger le rapport circonstancié. C’est ce qui va le distinguer de ses concurrents. 

Quelles formations suivre pour devenir généalogiste successorale ?

Pour exercer le métier de généalogiste successorale, il faut commencer par une formation de base en droit ou en histoire. Il faut ensuite se spécialiser en généalogie. Plusieurs centres de formation privés ou universités proposent ce genre de formation. Voici quelques exemples :

  • Diplôme ou formation d’écoles spécialisées proposés par European Academy of Genealogy (EAG) à Strasbourg 
  • Diplôme universitaire (DU) en généalogie et histoire des familles, approfondissement à la généalogie ou encore installation du généalogiste professionnel
  • Bachelor généalogie successorale… 

Quel est le salaire d’un généalogiste successoral ?

Un généalogiste successoral perçoit des honoraires pour les révélations concernant la découverte des héritiers. Le montant de cet honoraire est défini suivant le pourcentage de la part de l’héritier recherché. 

Le généalogiste touche également des honoraires sur la vérification de la dévolution. Le montant de cette rémunération est défini par les héritiers connus et le notaire en fonction de la difficulté des recherches et de la valeur de la succession. 

En somme, le généalogiste successoral gagne près de 2 000 € de salaire par mois.  

Quelles sont les évolutions possibles ? 

L’évolution de la carrière d’un généalogiste successoral dépend de sa compétence et de son expérience. Plus il devient compétent, plus il peut se charger de recherches successorales plus complexes