Généalogiste

0

La généalogie était initialement un passe-temps. Maintenant, c’est un métier à part entière. Il y a en général deux sortes de généalogistes dont : Le généalogiste familial et le généalogiste successoral. Voici tout ce que vous devez savoir concernant ce métier.

En quoi consiste le métier de généalogiste ?

Généalogiste

Le généalogiste familial est un professionnel qui réalise des recherches généalogiques, voire même historiques, suivant les demandes d’un client privé. Il intervient en général après que le client ait rencontré des blocages lors de ses propres recherches. Les recherches du généalogiste familial sont donc plus complexes. Il peut chercher les ascendants, les descendants, des archives, des actes, etc. Parfois, il retrace aussi l’histoire d’une famille.

Le généalogiste successoral, quant à lui, a pour clients les notaires. Il se charge en général de la recherche des héritiers dans le cadre des procédures de succession. Parfois, il est aussi sollicité par d’autres professionnels comme les assureurs, les banquiers, et autres dans le cadre de la recherche des ayants droits. 

Il peut aussi être mandaté par un promoteur immobilier, une agence ou encore une collectivité pour trouver un propriétaire d’un bien en cas de succession vacante, d’expropriation ou encore de déshérence. 

Qu’il s’agisse de généalogiste familial ou de généalogiste professionnel, le métier consiste à faire des recherches. Le généalogiste doit consulter divers documents, explorer plusieurs sources, afin de trouver les informations demandées. 

Les missions du généalogiste

En général, un généalogiste est sollicité pour faire des recherches dans le cadre de la succession. Les recherches dans le cadre de la vente d’un bien ne sont pas rares non plus. Il arrive aussi qu’un généalogiste travaille pour un client qui souhaite connaître les détails de son arbre généalogique. 

Mandaté par un notaire, un agent immobilier, un assureur ou encore un particulier, il commence ses travaux de recherches en consultant les archives et les documents de divers établissements comme la mairie par exemple. Les recherches ne sont jamais faciles, et pour pouvoir finaliser son travail, le généalogiste doit s’armer de patience. 

Pendant la recherche, le généalogiste ne doit négliger aucun document ou archive. Il doit tout lire, écouter ou visionner (biographies, archives, actes de mariage, acte de décès, recensements, etc.). Ses recherches doivent aboutir à un résultat comme la désignation d’un héritier, la reconstitution d’un arbre généalogique, etc. Une fois les recherches terminées, il doit synthétiser les informations qu’il a recueillies et faire un rapport à son client tout en fournissant les justificatifs d’exactitudes des données fournies.

Les qualités requises pour devenir généalogiste

Pour exercer le métier de généalogiste, il faut être passionné par l’histoire, l’investigation, le droit et la connaissance. Il faut également être patient, car les informations ne seront pas faciles à trouver. Il faut également être persévérant. Sans cette qualité, le généalogiste risque d’abandonner dès qu’il rencontre des difficultés. 

Un généalogiste doit aussi aimer la lecture vu le nombre de documents qu’il doit consulter. Ensuite, il doit avoir l’esprit de synthèse afin de pouvoir regrouper les informations qu’il a trouvées. Un généalogiste doit aussi avoir une bonne qualité rédactionnelle étant donné qu’il doit synthétiser, regrouper et rédiger les informations qu’il a recueillies sous forme de rapport.  Sinon, il doit également maîtriser quelques langues notamment l’anglais et avoir une bonne culture générale. 

Quelle est la formation à suivre pour devenir généalogiste ?

Le métier de généalogiste n’est pas encore réglementé. Suite à cela, il n’y a pas encore de diplôme spécifique pour devenir généalogiste. Malgré cela, il y a des connaissances et diplômes qui favorisent l’accès au métier comme un diplôme en droit, en histoire, etc. 

D’ailleurs, la plupart des généalogistes professionnels sont juristes ou experts en histoire. Après bien sûr, il est conseillé de suivre des études de généalogie. Il y a des établissements qui proposent des formations en généalogie comme l’université de Nîmes par exemple. Ce genre de formations mène à un DU généalogie et en histoire des familles.

Sinon, pour devenir généalogiste, il faut aussi maîtriser des langues étrangères pour faciliter les recherches et la compréhension des documents, mais aussi pour pouvoir communiquer avec les clients.

Quel est le salaire d’un généalogiste ?

Le généalogiste touche des honoraires. Le montant dépend des activités qu’il a réalisées. Le montant peut parfois augmenter suivant la complexité des recherches effectuées. Bien qu’il n’y ait pas de salaire précis pour le métier de généalogiste, en moyenne, il perçoit dans les 2000 euros d’honoraires. 

Les avantages et les inconvénients du métier

Le métier de généalogiste est facilement accessible vu qu’il ne demande aucun diplôme particulier et qu’il n’est pas encore réglementé. En plus, il permet de découvrir des informations passionnantes, de mieux connaître une personne, voire toute une famille. Sans parler de la satisfaction quand une recherche aboutit à un résultat concret. 

Malgré cela, il y a quand même quelques inconvénients. Les clients ne comprennent pas toujours la complexité du travail du généalogiste, l’énergie et le temps qu’il dépense dans ses recherches. Les tarifs proposés ne conviennent pas toujours aux clients ce qui amène parfois le généalogiste à baisser son prix. 

Quelles sont les évolutions possibles ?

Le métier de généalogiste ne demande pas de diplômes particuliers. Toutefois, des notions voire même des diplômes en histoire et en droit sont très appréciés. Si le généalogiste dispose de ces diplômes, il peut évoluer vers d’autres métiers, soit réaliser une reconversion professionnelle vers des professions liées aux diplômes dont il possède.

Où travaille le généalogiste ?

Le généalogiste travaille souvent à l’extérieur vu que son métier nécessite plusieurs recherches qu’il peut trouver par exemple aux mairies, dans des salles d’archives, etc. Parfois, il travaille même à l’étranger dans le cadre de ses recherches. 

Qui paie le généalogiste ?

Le généalogiste est mandaté par des particuliers, mais en général, il est sollicité par des notaires pour trouver des héritiers. Dans ce cas, il adopte le statut de généalogiste successoral. Il peut aussi être mandaté par une agence immobilière, un assureur, etc. C’est celui qui l’engage qui paie ses honoraires. 

Généalogiste : est-ce un métier d’avenir ?

Le métier de généalogiste, bien qu’il ne soit pas encore réglementé, a de l’avenir. La recherche d’informations est une tâche en plus que les notaires, les agences immobilières, les assureurs et autres ne peuvent pas prendre en charge, car cela monopolise beaucoup trop de temps. 

Pour alléger leurs tâches donc, ces derniers font appel à un généalogiste. Pour espérer faire carrière en tant que généalogiste par contre, il faut être passionné par ce travail, car les tâches ne sont pas faciles. Il faut aussi fournir une prestation de qualité aux clients pour gagner en renommée.