Top 20 des métiers rares et recherchés

0

Si vous pensez que vous ne pourrez vous épanouir qu’en effectuant un travail original, qui sort du lot, si vous aimez vous démarquer des autres, notre top 20 des métiers rares et recherchés pourrait vous intéresser. Certains sont en plus très bien payés.

Métiers rares et recherchés

Sexeur de poussins

Sexeur de poussins est un métier qui existe belle et bien. Il consiste à identifier les mâles des femelles pour sélectionner les poussins qui seront destinés à devenir des poules pondeuses et les mâles destinés à la consommation. Identifier le sexe d’un poussin n’est pas chose aisée étant donné que les différences entre un mâle et une femelle sont très minimes. Un expert sait par contre faire la différence en un clin d’œil et en un toucher.

Le métier de sexeur de poussins est accessible après une formation complexe. Le travail nécessite de bonnes conditions physiques et de la délicatesse. En fait, le sexeur de poussins doit travailler pendant des heures d’affilée, prendre les poussins et les palper pour reconnaître les femelles et les mâles. Il doit vérifier jusqu’à environ 1000 poussins par jour avec un taux de précision allant de 97 à 98%.

Envie d'évoluer ou de changer de métier ?

Faites le point sur votre situation professionnelle

  • Diagnostic gratuit
  • à distance ou près de chez vous
  • Finançable à 100 % par le CPF

C’est un métier assez répandu en Asie du Sud-Est, mais il reste rare en Europe. Les profils compétents qui postulent sont également peu nombreux. Pour séduire les candidats, les recruteurs les attirent en proposant des salaires allant jusqu’à 55 000 euros par an.

Cash manager

Le terme cash manager vient d’anglo-saxon et s’est petit à petit imposé en France. Le métier consiste à veiller aux besoins financiers d’une entreprise. A noter par contre que cash manager ne veut pas dire trésorier bien qu’il y ait des tâches qui se ressemblent. A la différence de ce dernier, le cash manager doit remonter les besoins financiers en prenant également en charge la sécurisation des flux financiers de trésorerie. Parfois, il assure également la politique de recouvrement.

Pour mener ses missions à bien, le cash manager doit identifier et prospecter des partenaires financiers et trouver des solutions de financement pour l’entreprise. Il doit également suivre l’évolution de la trésorerie et l’enregistrement comptable. A cela s’ajoute la mise à jour de la trésorerie prévisionnelle.

Le cash manager prend également en compte les éléments comptables et financiers de l’entreprise pour élaborer le budget de trésorerie. Il doit aussi étudier les besoins financiers de chaque service et structure et mettre en place des actions pertinentes pour l’atteinte des objectifs. Il propose des recommandations pour éviter la fragilité financière de l’entreprise.

Un cash manager maîtrise le calcul, la finance, la comptabilité et la gestion des risques. C’est donc un professionnel polyvalent. Un cash manager touche une belle rémunération allant de 50 000 à 75 000 euros par an.

Vitrailliste

Le vitrailliste est un artiste du verre. Parmi les choses qu’il peut faire, il y a la restauration des vitraux anciens dans les édifices religieux par exemple. Il peut également concevoir de nouveaux vitraux en fonction des besoins de ses clients. Cet artiste est à la fois dessinateur, créateur et maître verrier. Il possède un sens aiguisé de l’esthétique et des connaissances poussées en vitrail, en histoire de l’art et en histoire de la religion.

Pour concevoir ses œuvres, il crée tout d’abord une maquette qu’il agrandit par la suite jusqu’à l’obtention de la taille du vitrail demandé. Il calque son dessin, choisit les couleurs pour chaque partie pour créer le vitrail. Il coupe ensuite le verre avec du diamant en fonction du dessin qu’il a réalisé. Enfin, il compose le vitrail comme s’il s’agissait d’un puzzle et les assemble avec du plomb.

Le vitrailliste travaille en général seul. En fonction du projet qui lui est confié, il peut effectuer ses tâches perché à des hauteurs vertigineuses lors de la finition. Le reste de son travail se déroule en atelier.

Envie d'évoluer ou de changer de métier ?

Faites le point sur votre situation professionnelle

  • Diagnostic gratuit
  • à distance ou près de chez vous
  • Finançable à 100 % par le CPF

C’est un métier qui nécessite beaucoup de minutie, un grand sens du détail, un sens artistique, de la créativité et une bonne condition physique. A cela s’ajoutent les compétences nécessaires comme dessiner, créer des maquettes, découper avec du diamant, etc. Le métier est rare et très recherché. Le salaire est par contre assez modeste. Il commence à partir du SMIC et augmente petit à petit en fonction de la renommée du vitrailliste et du nombre de ses clients.

Pour devenir vitrailliste, il faut avoir un CAP arts et techniques du verre option vitrailliste au minimum. Il est ensuite possible de compléter ce diplôme avec un BMA verrier décorateur et un DMA décor architectural traitement plastique et transparence par exemple.

Aromaticien

Le parfum d’un bonbon, d’un plat conditionné, d’un médicament, d’un produit de beauté et autre est l’œuvre d’un aromaticien. Ce métier est rare, mais très recherché. Les personnes qui postulent sont peu nombreuses.

L’aromaticien est expert en goûts et en odeurs. Il les isole, les analyse et les étudie pour pouvoir ensuite les reproduire en laboratoire. Ce qui en résulte est ensuite utilisé dans l’industrie agroalimentaire, pharmaceutique, cosmétique, etc.

Il a un cahier des charges à respecter et étudie le produit final à créer pour déterminer le goût et l’arôme adapté. Il isole et reproduit les goûts et arômes ciblés, effectue des essais en laboratoire, détermine le bon dosage et finalise le produit tout en respectant les normes et législations en vigueur.

Ce métier rare et très recherché nécessite quelques qualités et compétences dont un bon sens du goût et de l’odorat, un excellent esprit d’analyse, de la créativité et une grande capacité d’adaptation. Si vous avez ces atouts, vous pourrez suivre une formation pour décrocher un poste d’aromaticien. Le cursus qui mène à ce métier débute à partir du Bac+2. Vous pouvez par exemple devenir aromaticien avec un DUT Génie chimique-génie des procédés, un DUT génie biologique, un BTS métiers de la chimie, un BTS bio qualité ou un BTS biotechnologie.

Si vous voulez par contre intégrer de grandes entreprises, il vous faut des diplômes de niveau supérieur comme une Licence pro industrie agro-alimentaire, une Licence pro qualité hygiène santé sécurité environnement ou encore un Master.

En tout cas, une fois au poste, vous toucherez une belle rémunération qui tourne entre 1 800 à 2 000 euros par mois en début de carrière. Ce salaire évolue ensuite jusqu’à atteindre 3 000 à 4 000 euros par mois.

Croupier

Croupier

Croupier est aussi un métier rare et recherché. Il y a peu de candidats, alors que le salaire est attrayant, en plus, il y a des pourboires et d’autres avantages. Le croupier travaille dans un casino et est assigné à une table. Ses missions varient en fonction des jeux proposés à sa table (roulette, blackjack, poker, etc.). Il doit participer aux opérations, animer les jeux, calculer les gains et les pertes, assister les joueurs, etc.

Le croupier est un professionnel qui a une très bonne concentration et une mémoire infaillible. Il doit se rappeler des règles de jeux, des parties, des incidents, des mises, etc. Il est aussi le maître à la table. En tant que tel, il doit assurer le respect de la réglementation des jeux et du casino.

Les casinos sont des endroits où la présentation doit être impeccable. Étant donné que le croupier représente le casino, il doit donc satisfaire les exigences en termes de présentation (uniforme, discrétion, comportement, etc.). Les horaires de travail sont très décalés, mais le croupier a droit à une pause de 15 minutes par heure.

Si vous voulez exercer ce métier rare et recherché, il est préférable de passer le CQP croupier. Il s’agit d’une formation diplômante proposée par des écoles comme Cerus Casino Academy, Ecole Casino, etc. Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté pour obtenir un poste, et si vous voulez évoluer rapidement (au poste de chef de table ou de chef de partie par exemple), vous pourrez suivre une formation continue ou en alternance pour obtenir une Licence professionnelle métiers du tourisme option commercialisation des produits touristiques.

Concernant le salaire, en plus des pourboires, le croupier touche entre 1 500 et 1 800 euros par mois en début de carrière. Sa rémunération évolue ensuite en fonction des tables qui lui sont confiées et en fonction de son ancienneté.

Actuaire

L’actuaire est un professionnel qui travaille dans une compagnie d’assurance. Il conçoit les contrats d’assurance, définit les règles et les barèmes de tarification et détermine la rentabilité d’un contrat. C’est également l’actuaire qui décide si un contrat est accepté ou non, s’il faut partager les risques en co-assurance, s’il faut réassurer le risque en passant par un autre assureur, etc.

Bien que l’actuaire travaille pour les assureurs, il est aussi très recherché par les banques, les caisses retraite et prévoyance, les institutions financières, les grandes entreprises ou encore les services d’études économiques qui ont besoin de son expertise dans le domaine de la finance.

L’actuaire est un professionnel méthodique, précis et très commercial. Il sait mener à bien une négociation auprès d’un courtier, d’un partenaire, d’un client, etc. La plupart des ses activités sont basées sur les calculs et la comptabilité. L’actuaire peut toutefois effectuer des missions à responsabilité comme des tâches d’encadrement par exemple.

Pour exercer ce métier rare et recherché, il vous faut un diplôme de niveau Bac+5, reconnu par l’Institut des actuaires. Vous pouvez aussi compléter ce diplôme avec un Master statistique et actuariat appliquées en assurances dommages et santé, un Master ingénierie maths-info (option statistique et actuariat) ou encore un Master ISIFAR (ingénierie statistique et informatique de la finance, de l’assurance et du risque).

Le parcours est long, mais une fois au poste, vous gagnerez un salaire très attractif allant de 3 000 euros en début de carrière jusqu’à 8 000 euros après 10 ans d’expérience.

Canalisateur

Canalisateur est un métier rare, qui n’intéresse pas beaucoup de monde, alors qu’il est très recherché. Le canalisateur a pour mission la prise en charge de l’installation et de la maintenance des réseaux d’évacuation des eaux usées et de distribution d’eau potable.

Les tâches du canalisateur sont nombreuses en citant par exemple l’installation des conduits comme les bouches et les poteaux d’incendie, l’aménagement des ouvertures pour la réalisation des opérations de maintenance, la pose des raccordements, le percement de tranchées, le terrassement et la remise en état des chantiers, la construction de châteaux d’eau et de réservoir, etc.

Le canalisateur est un agent de terrain qui doit avoir une bonne condition physique, car il doit porter des charges lourdes, travailler pendant des heures et conduire des engins de chantier. Le travail nécessite aussi des connaissances techniques poussées en lecture de plans et de schémas et en utilisation de technologies de pointe telles que les outils de forage téléguidés, les lasers, les équipements de mesure topographiques, et bien d’autres encore. Il faut également avoir des compétences supplémentaires comme des compétences en électricité par exemple, car le canalisateur peut être amené à installer des conduits d’électricité ou de gaz.

Ce métier rare et recherché est accessible avec un diplôme comme un CAP constructeur de réseaux de canalisations de travaux publics ou un titre professionnel canalisateur. Pour évoluer rapidement, il est nécessaire d’avoir un diplôme de niveau Bac (Bac Pro travaux publics, Bac Pro technicien du bâtiment, Bac Pro technicien gaz, etc.). Concernant le salaire, un canalisateur débutant touche une rémunération qui équivaut au SMIC, hors primes et indemnités.

Brasseur

Un brasseur est un fabricant de bière. Il peut travailler comme salarié dans une brasserie ou comme indépendant. Les missions du brasseur ne se limitent pas au brassage. Il se charge de toute la confection allant du maltage, en passant par le brassage jusqu’à la fermentation.

Il prépare tout d’abord l’orge qui se transformera en malt. Pour cette étape de la confection de la bière, il doit nettoyer, trier et tremper les grains. Il vérifie ensuite le taux d’humidité en veillant à ce qu’il ne dépasse pas le seuil requis. Après quelques jours de surveillance, quand les grains ont germé, le brasseur doit les chauffer et mélanger l’orge obtenue (qui est devenue malt) avec de l’eau en surveillant également la température.

Ce n’est qu’après qu’il obtient le brassin à filtrer et à aromatiser. Le brasseur doit ensuite s’assurer de la fermentation en entreposant la boisson dans une cuve de fermentation et en y versant de la levure. Il entrepose enfin la bière dans une chambre froide pour que la saveur puisse se développer.

C’est donc un métier qui nécessite un savoir-faire et des compétences spécifiques, mais vous pouvez facilement les développer en suivant un CAP conducteur d’installation de production et une formation en brasserie. Le salaire est de 2 000 euros par mois en début de carrière.

Horloger

Métier pour personne calme : Voici notre Top 20

Il s’agit ici d’un métier très rare, qui s’exerce souvent de père en fils. L’horloger s’occupe de l’horlogerie de gros volume (pendules, horloges d’édifices, etc.) et de petit volume (montres, montres à gousset, etc.). Il répare, règle et assure la maintenance des horloges de tous genres. Parfois, il confectionne également des objets d’horlogerie.

L’horloger s’est adapté avec l’évolution de la technologie et l’arrivée des horloges électroniques. Il possède donc des compétences d’électronicien en plus de ses compétences et de son savoir-faire traditionnel.

Un horloger peut travailler en tant qu’indépendant, mais il peut aussi travailler pour une marque ou une enseigne d’horlogerie ou encore pour une enseigne d’horlogerie bijouterie. Outre les compétences spécifiques au métier, l’horloger doit avoir des compétences en gestion, car il doit s’occuper des inventaires et des stocks. La rémunération d’un horloger est d’environ 2 500 euros par mois.

Si vous voulez exercer ce métier, vous pouvez acquérir les compétences et connaissances nécessaires en suivant un CAP horlogerie. Le cursus commence juste après la troisième. Si vous voulez rejoindre les grandes enseignes ou travailler pour de grandes marques, il est nécessaire d’avoir un BMA horlogerie ainsi qu’un DMA horlogerie.

Pilote de drone

Pour l’instant, pilote de drone fait partie des métiers insolites et recherchés. Sachez toutefois que c’est un métier d’avenir étant donné que presque tous les secteurs en ont besoin. Les secteurs de l’urbanisme, de l’aéronautique, de l’armée, de la météo ou encore de l’immobilier recrutent souvent des pilotes de drone.

Un pilote de drone doit diriger un aéronef téléguidé, mais le métier n’est pas aussi simple. Il faut avoir des compétences particulières comme la météorologie, la prise de vue, l’aéronautique et autres pour occuper ce poste. Ces compétences sont nécessaires pour la réalisation des missions. En fait, avant de piloter un aéronef téléguidé, le pilote de drone doit s’informer sur les paramètres de navigation, sur le temps et les conditions météo, la distance et les obstacles ainsi que le plan de vol.

Lors des vols, le pilote de drone doit aussi s’assurer du respect des règles de sécurité. Il doit ensuite rédiger un rapport après ses missions, transmettre les images et vidéos à sa hiérarchie et assurer la maintenance du drone.

Peu importe le secteur où le pilote de drone souhaite travailler, avant de piloter un aéronef téléguidé, il faut suivre obligatoirement une formation théorique et pratique. La formation théorique permet d’obtenir un certificat théorique de télépilote. La formation pratique permet d’obtenir une attestation d’aptitude aux fonctions de télépilote. Si vous voulez travailler pour l’armée, dans ce cas, vous devez suivre une formation militaire, une formation générale et une formation théorique et pratique en pilotage de drone.

Côté salaire, si vous travaillez en tant que pilote de drone dans le civil, vous toucherez entre 1 300 et 2 500 euros par mois. Si vous rejoignez l’armée de terre, votre salaire est d’environ 1 384 euros. Si vous rejoignez l’armée de l’air, la rémunération se situe entre 1 400 et 2 600 euros.

Tailleur de pierre

Comme son nom l’indique, le tailleur de pierre travaille la pierre. Cela peut être des minéraux, du granit, du marbre, etc. Il peut aussi travailler sur des matériaux composés comme du plâtre par exemple. C’est un artisan artiste qui donne la forme souhaitée aux matières premières naturelles ou composées.

Pour réaliser ses œuvres, il utilise des équipements comme une règle graduée, des ciseaux à grain d’orge, des ciseaux à dents pointues, des râpes, des massettes, des piques, etc. Il taille, façonne, procède au bardage, etc. Il est souvent amené à manœuvrer des engins et des outils de manutention de pierres de taille. Le travail est donc à la fois artistique et physique. Le tailleur de pierre peut travailler en atelier, sur un chantier, en intérieur ou en plein air.

Un CAP tailleur de pierre suffit pour exercer ce métier rare et recherché, mais il est conseillé de compléter ce diplôme avec une mention complémentaire graveur sur pierre ou sculpture sur pierre ou avec un titre professionnel de tailleur de pierre.

Concernant le salaire, un débutant commence avec une rémunération qui équivaut au SMIC. Après, tout dépend de l’expérience du tailleur de pierre. Les offres d’emploi affichent souvent une fourchette allant de 1 500 à 1 800 euros bruts par mois.

Hacker éthique

Le hacker éthique, appelé aussi hacker white hat ou pirate bienveillant, est un expert en sécurité informatique très recherché par les banques, les entreprises informatiques, les administrations, les entreprises e-commerce, etc.

Son métier consiste à évaluer la sécurité du parc informatique et du système d’information de son client. Pour ce faire, il doit ensuite penser et agir comme un hacker et anticiper les risques pour les bloquer. Lors de l’exercice des ses missions, le hacker éthique réalise des tests de sécurité en contournant et en défiant la sécurité. Cela lui permet de détecter les éventuelles failles dans le système et de les corriger.

Pour devenir hacker éthique, il faut suivre un cursus universitaire ou une formation en école d’ingénieurs. Parmi les formations qui permettent d’accéder au poste, il y a le TP concepteur-développeur d’application, la Licence pro cyber-défense, anti-intrusion des systèmes d’information, le Master Networks & Security Manager ou encore le MSC cybersécurité et management. Des certifications peuvent aussi conduire au métier de hacker éthique. C’est le cas de la certification OCSP, CEH, etc. Après, c’est l’expérience et la notoriété qui comptent vraiment dans ce métier.

Concernant le salaire, un hacker éthique est très bien payé, mais sa rémunération varie en fonction de la taille de l’entreprise qui l’engage. En moyenne, ce professionnel de la sécurité informatique touche entre 4 000 à 7 500 euros par mois.

Ingénieur en intelligence artificielle

L’intelligence artificielle fascine et attire de plus en plus de secteurs. L’ingénieur en intelligence artificielle est très recherché surtout à l’heure où la technologie domine et où l’IA fait partie du quotidien. Ce professionnel est à la fois chercheur et informaticien. Il conçoit des programmes informatiques aptes à réfléchir et à réaliser des tâches comme un homme.

Pour réaliser ces programmes, l’ingénieur en intelligence artificielle analyse tout d’abord le profil et le cerveau humain. Il étudie le fonctionnement du cerveau quand il est face à un problème. Il fabrique ensuite un programme informatique complexe capable de réagir comme le cerveau humain. Ce programme peut décoder et analyser des données, lancer une action, etc.

Ce sont en général les SSII et les sociétés informatiques qui cherchent des ingénieurs en intelligence artificielle. Il y a quand même des entreprises en production, en automatisation et en sécurité qui recrutent également ces professionnels chercheurs et informaticiens.

Si vous voulez exercer ce métier, il faut que vous suiviez une formation en mathématique et en informatique. Vous devez passer par la case Licence et continuer les études jusqu’au Master. L’Ecole IA Microsoft propose également un cursus spécifique pour les futurs ingénieurs en intelligence artificielle.

Une fois que vous serez devenu ingénieur en intelligence artificielle, vous toucherez un salaire d’environ 3 500 à 4 500 euros par mois. Votre rémunération peut ensuite doubler après quelques années d’expérience.

Gumologist

Gumologist est à la fois un métier rare, recherché et insolite. La mission du gumologist consiste à tester et à mâcher des chewing-gums. Les offres sont assez difficiles à trouver, car l’industrie du chewing-gum recrute en général via le bouche-à-oreille pour trouver des gumologists.

Si vous voulez devenir gumologist, vous devez avoir un excellent sens du goût et de l’odorat. Sachez par contre que vous allez tester des chewing-gums toute la journée, ce qui n’est pas sans danger pour votre santé dentaire. En tout cas, le métier vous permet de toucher une belle rémunération allant de 60 000 à 100 000 euros par an.

Il n’y a pas de formation spécifique pour devenir gumologist. La formation se passe en général en interne, au sein des locaux de l’entreprise qui vous engage. Une fois au poste, vous aurez à mâcher des chewing-gums, à les mastiquer pendant des minutes, voire des heures, et à évaluer la saveur, l’arôme, la pâte, etc. Vous devez ensuite faire un compte rendu.

Data scientist

Data scientist

Les données numériques augmentent de jour en jour, mais même si le traitement de ces données évolue de même pour la technologie, il faut une personne pour les gérer, les analyser et les décrypter en temps réel. C’est là qu’intervient le data scientist.

Il est chargé des données qui véhiculent entre l’entreprise qui l’embauche, les canaux digitaux et les différents services web. Il décrypte, analyse et étudie ces données pour cerner leur valeur et cibler celles qui sont utiles à l’entreprise et celles nécessaires aux prises de décision et aux opérations.

Le data scientist collecte, stocke, traite et restitue les données grâce à des modèles et des algorithmes qu’il conçoit. Il est même apte à s’occuper de données brutes que les outils d’extraction et d’analyse classiques ne peuvent pas gérer.

Pour exercer ce métier rare et très recherché, il faut avoir des compétences poussées en informatique, mais aussi en statistique, en base de données informatique, en marketing et en finance. En fait, outre le traitement des données, le data scientist a aussi des missions commerciales et marketing.

Il y a des formations de niveau Bac+3 (BUT informatique, Licence professionnelle métiers de l’informatique, Licence professionnelle métiers du décisionnel et de la statistique, etc.), Bac+4 et Bac+5 (Master MIAGE, Master informatique, etc.) qui mènent vers le métier de data scientist. Quant à la rémunération, elle peut atteindre les 6 000 euros par mois, voire plus.

Nettoyeur d’écrans de cinéma

Nettoyer les écrans de cinéma est le rôle de ce professionnel. Il s’assure que la surface de projection soit propre. Il assure également la maintenance des écrans pour qu’il n’y ait aucun dysfonctionnement lors de la diffusion.

Le travail n’est pas facile vu la taille des écrans de cinéma. De plus, le nettoyage se fait en hauteur. Il ne faut pas avoir le vertige et avoir une excellente condition physique pour faire ce travail. En général, le nettoyeur d’écrans de cinéma travaille très tard la nuit, quand la salle de cinéma ferme ses portes. En tout cas, le métier paye bien. Le salaire tourne entre 3 000 et 4 000 euros par mois.

En général, les salles de cinéma ne recrutent pas de nettoyeurs indépendants. Si vous voulez donc décrocher un travail de nettoyeur d’écrans de cinéma, il faut passer par une entreprise de nettoyage qui propose des prestations pour les salles de cinéma. Après quelques années d’expérience, vous pourrez vous mettre à votre compte et démarcher les salles de cinéma pour proposer vos services.

Il n’y a pas de formation spécifique pour devenir nettoyeur d’écrans de cinéma. Il n’y a pas non plus de formation spécifique pour rejoindre une entreprise de nettoyage. Si vous voulez par contre mettre toutes les chances de votre côté, il est conseillé de suivre un parcours pour obtenir un certificat de qualification professionnelle ouvrier qualifié en nettoyage industriel, un certificat de qualification professionnelle opérateur en nettoyage industriel ou un CAP maintenance et hygiène des locaux.

Étant donné que vous serez amené à nettoyer en hauteur, il faut aussi suivre une formation de cordiste. Vous pourrez par exemple suivre une formation pour obtenir un certificat de qualification professionnelle cordiste niveau 1, niveau 2 ou niveau 3. Vous pourrez aussi suivre une formation pour l’obtention d’un CATC ou certificat agent technique cordiste. Pour information, une formation de cordiste doit obligatoirement être couplée avec une formation de sauveteur secouriste du travail.

Scaphandrier travaux publics

Le scaphandrier travaux publics est un plongeur-scaphandrier qui effectue des missions dans l’eau. Parmi les tâches qui lui sont confiées, il y a la démolition, la réparation, l’assemblage ou le désassemblage d’éléments situés en milieu subaquatique. Il peut aussi effectuer des missions d’analyse, de prélèvement, de contrôle en milieu immergé. Pour mener à bien ses missions, le scaphandrier travaux public doit respecter des consignes de sécurité et utiliser un matériel spécifique.

Vous voulez exercer ce métier rare et recherché ? Dans ce cas, il est conseillé d’avoir un BTS IPM (industrialisation des produits mécaniques) et/ou un FCIL soudure. A part ces diplômes, il faut aussi avoir une bonne condition physique, faire preuve de rigueur et de minutie. Quant au salaire, il tourne entre 1 600 et 2 000 euros bruts par mois. A cette rémunération s’ajoute une prime. Le salaire évolue ensuite avec l’ancienneté et peut atteindre 80 000 euros par an.

Fundraiser

Le fundraiser travaille en général pour le compte des ONG, des entreprises publiques et des associations. Sa mission consiste à collecter des fonds. D’ailleurs, il est souvent appelé collecteur de fonds. Ses tâches ne se limitent pas aux collectes. Il doit aussi chercher les sources d’argent à collecter, les donateurs, etc. Il doit ensuite prospecter et fidéliser les donateurs.

Le fundraiser détermine la stratégie adéquate pour obtenir les dons et financements nécessaires. Il utilise ensuite des outils marketing et emarketing pour atteindre ses objectifs. Il choisit aussi le support de communication et d’information adapté en fonction des personnes qu’il souhaite approcher ou joindre. Parmi les supports utilisés par le fundraiser, il y a les newsletters, les réseaux sociaux, les plateformes de crowdfunding, les médias traditionnels, etc.). Après une campagne de collecte de fonds, le fundraiser effectue une analyse et un compte rendu auprès de sa hiérarchie.

Le fundraiser peut porter d’autres casquettes en fonction de la taille de la structure où il travaille. Il peut par exemple être fundraiser, mais aussi directeur de développement des ressources, responsable marketing direct, responsable legs, etc.

Il n’y a pas de formation spécifique pour devenir fundraiser. Les entreprises, associations et organismes privilégient toutefois les profils de niveau Bac+5 en commerce, communication et marketing ou encore ceux qui ont un diplôme en droit et en sciences sociales. Concernant le salaire, il varie en fonction de la zone géographique où le fundraiser travaille, de la taille de la structure qui l’emploie et de ses années d’expérience. En moyenne, un fundraiser qui débute touche dans les 1 600 euros par mois.

Consolideur

Consolideur est un métier rare. Il n’y a qu’environ 8 000 consolideurs en France. Le consolideur travaille pour de grands groupes d’entreprises, pour des cabinets d’expertise comptable ou encore pour des cabinets spécialisés dans la consolidation. Il s’occupe des comptes d’une société. Il les synthétise et les uniformise pour que tout soit cohérent lors de la publication des résultats annuels. Ses tâches tournent autour de la comptabilité et de la finance.

Parmi ses missions, il y a la réalisation des bilans comptables et financiers de l’entreprise et de ses filiales. Il doit ensuite consolider les données pour obtenir un bilan final. Le consolideur contrôle également l’application des normes comptables au sein de l’entreprise et des différentes filiales. Il peut aussi apporter son aide et proposer des conseils et des solutions sur des questions d’ordre technique.

Pour exercer ce métier rare et très recherché, il faut maîtriser les techniques comptables ainsi que les outils et les logiciels financiers. Il faut également connaître les normes et réglementations fiscales et juridiques concernant la comptabilité en entreprise. Un consolideur doit aussi avoir des compétences en communication.

Il faut également avoir un diplôme de niveau Bac+5 en comptabilité et finance. Parmi les diplômes qui peuvent vous conduire à ce poste, il y a par exemple le Master CCA (Comptabilité, contrôle et audit) ou le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion). Côté salaire, le consolideur est très bien rémunéré. Il touche entre 4 000 et 7 000 euros par mois en moyenne.

Ingénieur patrimonial

L’ingénieur patrimonial est un expert en matière juridique et fiscale. Il apporte son expertise et propose ses conseils à ses clients. Ces derniers sont en général des banquiers privés. Pour réaliser ses rôles à la perfection, l’ingénieur patrimonial collabore avec des spécialistes des problèmes financiers, des notaires, etc.

Parmi les tâches d’un ingénieur patrimonial, il y a le développement du portefeuille clients et la fidélisation de la clientèle. Il participe également à la mise en place de solutions patrimoniales et successorales. Juriste de formation, il effectue une veille juridique et fiscale. L’ingénieur patrimonial se charge aussi de la conception de supports juridiques et fiscaux, de l’organisation et de l’animation d’évènements, de l’actualisation des compétences et des connaissances des banquiers, etc.

Le métier est assez complexe et nécessite une formation poussée en gestion de patrimoine. L’ingénieur patrimonial doit aussi avoir des compétences commerciales, juridiques, financières et boursières. Concernant la rémunération, elle dépend des compétences et des expériences de l’ingénieur patrimonial. Ce dernier peut toucher entre 24 000 et 122 000 euros par an hors primes et bonus.

À lire aussi : 25 métiers utiles et bien payés

Envie d'évoluer ou de changer de métier ?
Faites le point sur votre situation professionnelle

X