Mandataire judiciaire à la protection des majeurs

0

Les droits d’être entendu et d’exprimer ses sentiments sont des droits fondamentaux. Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs est désigné en tant qu’accompagnant judiciaire et nommé par un juge des tutelles. Il est donc chargé de faire valoir les droits humains de majeurs indisposés juridiquement (personne handicapée, personne âgée dépendante, personne en difficulté sociale).

Découvrez ce métier à travers notre fiche métier détaillée. 

En quoi consiste le métier de mandataire judiciaire spécialisé dans la protection des majeurs ? 

En quoi consiste le métier de mandataire judiciaire spécialisé dans la protection des majeurs ?

En raison d’une incapacité pour le juge des tutelles à désigner un membre de la famille pour exercer la mission de tuteur ou curateur, un mandataire judiciaire à la protection des majeurs est nommé. 

Le mandataire judiciaire procède aux mesures de protection juridique. Il est chargé de conseiller et assister l’adulte à protéger dans sa vie quotidienne, notamment en l’aidant à payer ses factures, à gérer ses comptes bancaires ou en effectuant ses diverses démarches médicales et administratives, telles qu’une cessation de bien immobilier.  

Véritable assistant social et judiciaire, il met tout en œuvre afin de veiller à la protection de son client, en libéral ou en tant que salarié dans un établissement de soin, tel qu’un Ehpad ou une association disposant d’un service de protection judiciaire comme l’UDAF (unions départementales des associations familiales).

Les missions du mandataire judiciaire à la protection des majeurs 

Selon les mesures juridiques établies par le juge, les missions du mandataire judiciaire seront principalement les suivantes : 

  • La protection civile de personnes mentalement ou corporellement atteintes et dans l’incapacité de subvenir seules à leurs besoins. 
  • De l’accompagnement judiciaire destiné à rétablir l’autonomie de la personne dans la gestion de ses ressources.

Quelles sont les qualités requises pour devenir mandataire judiciaire à la protection des adultes ?

Afin de pratiquer dans ce domaine, il est nécessaire de posséder des compétences dans les domaines juridique, social et économique, mais également de :

  • Être rigoureux et organisé. 
  • Savoir évaluer et définir un projet d’encadrement judiciaire personnalisé en fonction de la situation financière et familiale du majeur en charge. 
  • Avoir la capacité d’établir une relation de confiance.
  • Veiller au respect de ses droits. 
  • Veiller à l’accomplissement de ses besoins.
  • Rendre un compte-rendu au juge des tutelles. 

En effet, le mandataire judiciaire doit prendre en compte les sentiments exprimés par le majeur protégé. 

Quelle formation pour devenir mandataire judiciaire à la protection des majeurs ?

Afin de pratiquer le métier de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, une réelle expérience professionnelle de minimum 3 ans dans le domaine juridique ou sociale est demandée. 

Il est obligatoire d’être titulaire d’un Certificat National de Compétence de Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs. 

De plus, afin d’obtenir ce certificat, il est nécessaire de valider certains prérequis :

  • Avoir 25 ans.
  • Être titulaire d’un diplôme de niveau 2 (DUT, BTS…).

L’obtention du certificat compte une formation de 300 heures théoriques et 350 heures de pratique professionnelle auprès d’un mandataire judiciaire à la protection des majeurs. 

Quel est le salaire d’un mandataire judiciaire à la protection des majeurs ?

Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs est rémunéré selon un barème officiel établi en fonction des revenus de l’adulte en charge. En moyenne, son salaire mensuel est d’environ 2000€ brut pour un débutant. 

L’intervention d’un mandataire judiciaire à la protection des adultes peut aussi être rémunérée par l’État si le majeur à protéger n’en a pas les moyens.

Quelles sont les évolutions possibles ?

Le mandataire judiciaire à la protection des adultes peut décider de passer en libéral en travaillant en tant qu’indépendant.