Carreleur

0

Le métier de carreleur est l’un des métiers les plus importants dans le cadre d’un chantier immobilier. En effet, c’est lui qui s’occupe de terminer les travaux concernant certaines surfaces (comme le sol ou le plan de travail) en y installant le revêtement et en donnant un meilleur design. Ce métier vous intéresse ? Découvrez ici toutes les informations importantes à savoir avant de faire le grand saut dans ce domaine.

En quoi consiste le métier de carreleur ?

Carreleur

Le carreleur, appelé également carreleur-mosaïste, est le professionnel qui effectue la finition du sol, de certains mûrs comme ceux de la salle de bain, de la plaque de travail… dans un chantier. Il dépose ainsi les revêtements tels que le carrelage, les mosaïques, les parquets, le ciment, les pâtes de verre, l’ardoise, les plastiques ou encore les marbres…

C’est un métier qui est requis après la mise en place des gros œuvres. Le carreleur s’oblige alors à être très minutieux durant toutes les étapes qui constituent son métier. Ainsi, le métier de carreleur consiste, en premier lieu, à déterminer les imperfections sur la surface qu’il doit revêtir et à déterminer l’agencement de cette dernière.

Le carreleur aplanit ensuite le relief de support. Il doit dans ce cas fabriquer une chape de ciment et tracer le schéma des carreaux ou des dalles qu’il doit déposer. Ces étapes terminées, il peut commencer la découpe et la pose des carreaux. Afin de mener à bien ces travaux, le carreleur utilise une coupe-carreaux, un mètre, une scie à carrelage, un mortier-colle, un cordeau à tracer, une spatule, une truelle, etc.

Quelles sont les missions du carreleur ?

Le métier du carreleur mosaïste se résume ainsi à quelques missions, à savoir :

  • Installer le revêtement des sols, des escaliers, des murs de carreaux…
  • Effectuer la préparation des surfaces où il doit déposer les carreaux ou la mosaïque
  • Éventuellement, construire des socles ou des tablettes
  • Enlever les vieux revêtements en cas de rénovation
  • Découper les matériaux servant de revêtement, les installer et faire la finition

En dehors de la pose de carrelage, le carreleur peut également être amené à exécuter des travaux de construction pertinents. Il peut par exemple enlever des murs en Placoplatre ou au contraire en construire. Il peut également s’occuper de l’installation des briques, des plâtres ou encore de la moquette.

Aussi, l’estimation du devis fait partie des missions du carreleur. Ainsi, il fait la liste des matériels nécessaires pour la réalisation des travaux de revêtement de sol. Il détermine également la quantité de carreaux ou de matériaux de revêtement nécessaire, et il étudie les motifs réalisables sur le chantier.

Qui sont les principaux employeurs des carreleurs ?

Généralement, les carreleurs travaillent en indépendant et pour son propre compte. Dans ce cas, il est appelé artisan carreleur.

Néanmoins, le carreleur peut travailler en tant que salarié dans des entreprises de BTP, de grandes ou de petites envergures. Par ailleurs, les piscinistes ont grandement besoin du service du carreleur.

Où et quand le carreleur travaille-t-il ?

L’environnement de travail d’un carreleur se situe généralement dans des chantiers. Ces derniers peuvent être une nouvelle construction ou une réhabilitation. Il peut également s’agir de travaux civil ou commercial ou encore industriel.

Dans le cas d’un chantier de rénovation, le carreleur peut par exemple participer à la modernisation d’un immeuble servant antérieurement d’habitation ou de centre commercial. Il peut également être amené à faire des décorations d’intérieurs avec ces différents matériaux de base.

Concernant l’horaire du carreleur, il travaille normalement dans les locaux à carreler pendant la journée et pendant les jours ouvrables. Néanmoins, il peut travailler pendant la nuit ou même les week-ends si le rythme du travail ou le deadline l’exige.

Quels sont le plus et les moins du métier de carreleur ?

Le métier de carreleur présente une multitude d’avantages. Le premier avantage c’est que les spécialistes en carrelage et en mosaïque sont à l’abri du chômage. En effet, il existe plus d’offres d’emploi pour devenir carreleur que de demandeur. Aussi, ce métier intègre de plus en plus les femmes.

Par ailleurs, c’est un métier assez amusant étant donné le nombre d’exercices qui le compose. Le carreleur ne risque donc pas de s’ennuyer.

Mais le métier de carreleur n’est pas que des avantages. En effet, le carreleur fait face à des conditions de travail assez dur. Durant la pose des carrelages par exemple, il est obligé de rester dans des postures inconfortables pendant de longues heures.

Aussi, il met sa santé en danger, puisqu’il s’expose à des produits toxiques ainsi qu’à des poussières. C’est d’ailleurs pour ces raisons que le carreleur a besoin de porter des EPIs (équipements de protections individuelles).

Les compétences et les qualités requises pour devenir employeur

Pour exercer le métier de carreleur, il faut être doté de certaines compétences professionnelles. À savoir :

  • La connaissance des matériaux de revêtement ainsi que des techniques de pose de carreaux
  • La capacité de lire des plans et de calculer les dimensions telles que la surface et le volume
  • Une parfaite connaissance des techniques de traçage et des règles d’isolation sur un chantier
  • La maîtrise des consignes de sécurité dans un chantier

En outre, certaines qualités personnelles sont indispensables au métier de carreleur. Le carreleur doit d’abord être un très bon communicant afin qu’il puisse conseiller à ses clients les meilleurs matériaux pour leur revêtement et de tout autre détail sur son métier.

Il doit aussi être patient et minutieux. En effet, la réussite de la finition des travaux immobiliers dépend en grande partie de lui. Par ailleurs, il doit avoir le sens de l’esthétique étant donné que le carrelage ou la mosaïque est l’un des éléments le plus importants de la décoration d’une maison, d’un appartement ou d’un local.

Et enfin, mais pas la moindre, le carreleur doit avoir une très grande résistance physique pour supporter la condition de travail difficile de ce dernier. Il est à rappeler que le carreleur se met très souvent à genoux, il doit porter des matériaux très lourds, il est obligé de monter sur des échafaudages et des échelles… Sans oublier les produits toxiques et poussières qu’il rencontre tout au long de ses journées.

Quelle formation suivre pour devenir carreleur ?

À la base, l’exercice du métier de carreleur n’exige ni de formation ni de diplôme. La seule condition pour devenir carreleur c’est donc d’être doté des compétences et des qualités requises.

Néanmoins, les recruteurs préfèrent les profils qui ont au moins suivi une formation. Ceci garantit d’ailleurs une meilleure évolution professionnelle. Voici alors quelques formations qu’un futur carreleur peut suivre :

  • Bac pro Aménagement et finition du bâtiment
  • BTS aménagement-finition
  • BEP finition
  • CAP carreleur-mosaïste
  • Titre de carreleur délivré par l’AFPA (agence nationale pour la formation professionnelle des adultes)

Il est à noter que la dernière formation a été spécialement mise en place pour ceux qui sont en reconversion professionnelle ou qui n’ont pas suivi le système scolaire.

Quel est le salaire d’un carreleur ?

Le revenu d’un carreleur dépend de son statut et de son expérience. S’il est salarié en plus d’être débutant, il est payé au SMIC. Quelques années d’expérience lui permettent de gagner en moyenne 2 500 € par mois.

Par contre s’il est indépendant, il peut gagner jusqu’à 4 000 € de salaire mensuel.

Quelles sont les évolutions possibles ?

Le métier de carreleur est très évolutif. Dans le cadre d’une entreprise de bâtiments et travaux publics, le carreleur peut évoluer vers des postes à responsabilité telles que chef d’équipe, chef carreleur et même chef de travaux.

Il peut également se lancer dans une reconversion professionnelle et devenir technico-commercial spécialisé dans le carrelage. Mais pour cela, il doit posséder des compétences commerciales.

En outre, le carreleur peut déployer ses propres ailes et ouvrir son entreprise œuvrant dans le cadre du revêtement de sol.