Tourneur fraiseur

0

Le monde actuel crée sans cesse de nouveaux métiers, mais il en existe aussi des plus anciens qui perdurent malgré les progrès techniques. Même si, bien évidemment, il évolue depuis des années et que les compétences pour l’exercer ne sont plus les mêmes qu’il y a 50 ans, il est possible de parler du métier de tourneur fraiseur.

En quoi consiste le métier de tourneur fraiseur ?

Tourneur fraiseur
crédit photo : chaîne Youtube TV2com

Le métier de tourneur fraiseur consiste à fabriquer des pièces mécaniques sur des machines qui, aujourd’hui, sont le plus souvent numériques. Il est possible d’exercer ce métier dans de très nombreux secteurs comme la métallurgie, l’automobile, l’aéronautique entre autres.

Les missions d’un tourneur fraiseur

Les missions d’un tourneur fraiseur sont particulièrement techniques, minutieuses et nombreuses. 

  • Le tourneur fraiseur commence avant quoi que ce soit à étudier le plan fourni et le descriptif des pièces qui lui sont demandées
  • Le tourneur fraiseur doit dans un second temps programmer la machine qui va fabriquer les pièces. Dans ce cadre, il règle tous les outils qui vont permettre de découper et façonner les pièces. Mais, il programme et règle aussi la tour et la fraiseuse.
  • Il configure ensuite l’usinage après avoir bien vérifié les côtes des pièces, car si celles-ci sont mauvaises les pièces découpées ne pourront pas être utilisées.
  • Une fois que la production est lancée, le tourneur fraiseur veille à ce que tout se passe bien. Pour ce faire, il vérifie les pièces qui sortent des machines. Il est d’ailleurs de plus en plus fréquent qu’un tourneur fraiseur surveille plusieurs machines de manière simultanée. C’est notamment à ce niveau que l’on peut dire que son rôle a fortement évolué avec l’automatisation. Il est autant dans la vérification et le suivi que dans la seule conception.

Quelles sont les qualités requises afin de devenir tourneur fraiseur ?

De nombreuses compétences et connaissances techniques sont nécessaires pour exercer le métier de tourneur fraiseur qui n’est pas ouvert à tout le monde. Il doit notamment :

  • Avoir de bonnes connaissances en mathématiques et en géométrie. En effet, il peut tout à fait être amené à réaliser des calculs complexes dans le cadre de la programmation de la machine avec laquelle il travaille au quotidien.
  • Posséder de réelles compétences dans l’utilisation de logiciels de fabrication assistée par ordinateur (FAO). Il doit aussi s’adapter aux évolutions technologiques en la matière ; des formations continues doivent de ce fait être suivies à chaque évolution du logiciel.
  • Être particulièrement minutieux, car en fonction du secteur d’activité un décalage d’un millimètre sur une pièce peut tout à fait être préjudiciable dans la fabrication.
  • Posséder des capacités de concentration, car la fabrication est souvent coûteuse et il est préférable de ne pas avoir à refaire certaines pièces en raison d’une erreur qui aurait pu être évitée en faisant un peu plus attention.
  • Comprendre l’anglais, car il arrive de manière assez régulière que les plans et notices à respecter ne soient pas forcément rédigés en français

Quelle est la formation afin de devenir tourneur fraiseur ?

Comme nous avons pu le voir, le métier de tourneur fraiseur, du fait de sa grande technicité, ne peut en aucun cas s’improviser. Il est donc nécessaire d’avoir une formation précise et complète.

Ainsi, pour pouvoir être tourneur fraiseur il faut avoir suivi une formation en mécanique industrielle

Ces formations sont très nombreuses et en fonction du secteur d’intervention, elles peuvent comprendre des spécialisations. Il est donc possible d’avoir un CAP armurerie ou un diplôme de mécanique automobile. Mais, il est aussi possible d’être titulaire d’un certificat de qualification professionnelle organisé par un grand nombre de branches professionnelles.
Mais, pour aller plus loin vous pouvez préparez un baccalauréat professionnel « technicien en réalisation de produits mécaniques » ou « technicien d’usinage ».
Enfin, certains BTS comme celui de « conception des processus de réalisation de produits » (CPRP) permettent aussi d’accéder au métier de tourneur fraiseur avec aussi des connaissances complémentaires qui permettront d’évoluer plus rapidement au sein des effectifs de l’entreprise.

En fonction du secteur d’activité dans lequel le tourneur fraiseur sera amené à évoluer (automobile, armurerie, aéronautique, métallurgie par exemple) il pourra être amené à suivre des formations en interne qui pourront lui permettre d’acquérir des compétences encore plus pointues et spécialisées.

Quel est le salaire d’un tourneur fraiseur ?

Le salaire d’un tourneur fraiseur qui débute tourne autour des 1 500 euros. Avec de l’expérience, il est tout à fait envisageable de monter aux alentours de 2 800 euros en fin de carrière.

Les heures supplémentaires dans des périodes de surcroît d’activité doivent aussi permettre d’atteindre les 3 000 euros à certains moments de l’année.

Quelles sont les évolutions possibles pour un tourneur fraiseur ?

Après quelques années d’expérience, un tourneur fraiseur peut tout à fait envisager de devenir chef d’équipe ou chef d’atelier en fonction de la taille de l’entreprise qui l’emploie.

Mais, il peut aussi accéder à des fonctions différentes comme celles de techniciens méthode. Il peut aussi devenir programmeur sur un système de fabrication assistée par ordinateur (FAO).

Il peut enfin également devenir responsable qualité et ainsi veiller à la qualité des produits fabriqués et au respect de l’ensemble des processus.

Et si il a une âme de formateur, il pourra toujours intégrer une école ou un centre de formation ce qui lui permettra de transmettre son savoir à des jeunes désireux d’apprendre ce métier.

En savoir plus sur le métier de tourneur fraiseur en vidéo