Auxiliaire de puériculture

0

Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur le métier d’auxiliaire de puériculture : les missions, qualités requises, salaire, formations, débouchés.

En quoi consiste le métier d’auxiliaire de puériculture ?

Auxiliaire de puériculture

L’auxiliaire de puériculture est un opérateur socio-éducatif qui accompagne les enfants dans leur développement cognitif, affectif et social. Il gère l’assistance et l’animation des enfants, ce qui inclut des fonctions primaires de soins. L’auxiliaire de puériculture veille aussi à la planification et à la mise en œuvre d’activités pour la socialisation et le développement des compétences créatives.

Un auxiliaire de puériculture ne remplace pas un éducateur ou un enseignant d’une école maternelle. Il n’a pas la formation théorique et pratique exigée par le cursus universitaire et l’apprentissage relatif. Son rôle se rapporte essentiellement à l’animation et au soutien de l’enseignement. Il veille à la structuration des routines dans les contextes éducatifs où les enfants sont placés.

Les missions d’un auxiliaire de puériculture

Le rôle d’un assistant maternel est d’aider l’enfant sur les phases importantes de sa vie. Ce métier s’exerce ainsi idéalement dans les structures scolaires ou les centres d’éducation pour les plus jeunes. L’auxiliaire de puériculture peut travailler dans des centres de jeux ou d’activités en plein air. Sa mission le cas échéant est d’assurer le bien-être de l’enfant par des jeux et des ateliers éducatifs ou créatifs. Il doit aussi soutenir l’enfant dans la participation à des activités collectives.

L’auxiliaire de puériculture peut aussi être employé dans les centres pour personnes en situation de handicap. La prise en charge et l’assistance aux personnes en situation de handicap seront alors ses principales missions. Il est essentiel que l’assistant maternel sache travailler en groupe pour évoluer dans ce type d’établissement. Il doit aussi connaître les pathologies majeures chez des enfants. Cela va lui permettre d’identifier les forces et faiblesses de l’enfant pour mieux l’aider dans la vie quotidienne.

Un assistant maternel peut aussi faire le choix de travailler uniquement à domicile. Sa mission, dans ce contexte, va être de s’occuper de l’enfant quand ses parents ne sont pas à la maison. Il va préparer les repas de l’enfant, l’aider à faire ses devoirs et réaliser d’autres tâches relatives à son entretien.

Quelles sont les qualités requises pour devenir auxiliaire de puériculture ?

L’auxiliaire de puériculture doit connaître les règles de gestion des services de garde d’enfants et comprendre son rôle dans différents contextes. Il doit être capable de travailler en équipe, d’entrer en relation avec les enfants et de collaborer avec les parents et les familles. 

L’assistant maternel se doit aussi d’avoir de bonnes notions de pédagogie, de psychologie, d’hygiène et de nutrition. Une personne qui aspire à devenir assistant maternel doit développer son charisme avec une formation adéquate. Cette dernière allie la théorie avec la possibilité d’une session pratique.

Quelle est la formation pour devenir auxiliaire de puériculture ?

La première étape du parcours de formation pour devenir auxiliaire de puériculture est l’obtention d’un diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture (DEAP). Il faut près de 1435 heures d’enseignements théoriques et cliniques pour obtenir ce diplôme. Cela inclut le passage à l’institut de formation d’auxiliaire de puériculture (IFAP) pour une formation de 17 semaines ou 595 heures. La formation se termine avec un stage de 24 semaines, soit 840 heures.

Il existe près de 60 d’établissements publics pour la préparation d’un diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture. L’épreuve d’admissibilité de culture générale est facultative pour les titulaires d’un diplôme professionnel d’aide-soignant. Cela n’inclut pas toutefois les tests psychotechniques.

Les mêmes mesures s’appliquent aux titulaires d’un diplôme d’auxiliaire de vie sociale avec une mention complémentaire d’aide à domicile. À cela s’ajoutent les titulaires d’un bac pro d’accompagnement, soins et service à la personne (ASSP) et services aux personnes et aux territoires (SAPAT). Une fois retenus, les candidats peuvent passer certains modules dans le cadre de leurs formations.

Vous avez également la possibilité d’obtenir un CAP petite enfance pour devenir auxiliaire de puériculture.

Quel est le salaire d’un auxiliaire de puériculture ?

Le salaire d’un auxiliaire de puériculture est défini selon le secteur dans lequel il travaille. Un auxiliaire de puériculture du secteur public touche son salaire par rapport à la grille indiciaire des salaires. Cette dernière est définie à son tour par le grade et l’échelon de l’auxiliaire de puériculture.

Au début de sa carrière, l’auxiliaire de puériculture peut toucher un salaire mensuel de 1300 € net. Son salaire peut monter jusqu’à 2300 € brut par mois après quelques années d’expérience. La plupart des assistants maternels peuvent en outre toucher jusqu’à 26 000 € de salaire brut par an.

La rémunération est plus variable pour les auxiliaires de puériculture qui travaillent dans le secteur privé. Plusieurs conventions collectives ont néanmoins été établies afin de créer une référence sur le salaire adéquat. L’auxiliaire de puériculture peut au minimum être payée selon le taux horaire du SMIC.

Quelles sont les évolutions possibles ?

L’évolution de carrière d’un auxiliaire de puériculture varie en fonction du secteur dans lequel il a choisi de travailler. Les auxiliaires de puériculture qui travaillent dans le secteur public évoluent notamment en tant que fonctionnaire avec un statut d’agent de catégorie C. Il peut se voir appliquer un traitement différent dans le cas où il est employé dans la fonction publique et hospitalière.

Le statut de fonctionnaire définit notamment l’évolution de carrière d’un auxiliaire de puériculture selon un système de grade et d’échelon. Le grade d’un auxiliaire de puériculture dans la fonction publique territoriale se définit notamment en trois classes. 

L’auxiliaire de puériculture en début de carrière correspond à la première classe. Il peut ensuite monter en grade principal dans la deuxième classe et finir sa carrière en grade principal de première classe. La fonction publique hospitalière ajoute trois classes supplémentaires à la carrière de l’auxiliaire de puériculture. Il s’agit des classes normales, supérieures et exceptionnelles.

L’échelon est quant à lui défini par l’ancienneté de l’auxiliaire de puériculture, avec une durée minimale et maximale de carrière à la clé. Le 2e échelon est atteint après une année d’exercice professionnelle. Il peut envisager un changement de grade après avoir atteint le dernier échelon d’une classe. 

Le changement de grade peut se faire de trois façons. Les deux premières options sont un examen professionnel, un concours au niveau interne. La troisième option est celle de l’avancement. Cette dernière s’effectue sous la décision d’un supérieur hiérarchique.